Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Hausse de +1 point des taux d’intérêt directeurs

La décision de la banque du Canada vous inquiète, mais pas trop.

durée 16h15
13 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

5 minutes

Par Jean-Michel Lhomme, Journaliste

+ 1 point ! C’est la hausse qui vient d’être annoncée ce matin par la Banque du Canada. La plus importante hausse depuis 1998. Une décision qui, si elle était attendue, est supérieure à ce que les experts avait prévu.

Dimanche dernier nous vous posions la question suivante : Avez-vous peur d'une nouvelle hausse des taux d'intérêts ?
Voici vos réponses : 

  • 13% Oui vraiment. J'ai peur de ne plus pouvoir faire face à mes échéances de remboursements.
  • 34,8% Oui. C'est embêtant mais cela ne me mettra pas en difficultés.
  • 21,7% Cela n'aura aucun impact pour moi.
  • 4,3 %Non. La hausse n'est pas suffisante pour changer mon quotidien.
  • 26,1% Non. Au contraire, je l'espère car mes placements financiers seront ainsi plus performants.    

Force est de constater que si cette perspective, qui est ce matin devenue réalité, plongeait près de 48% des répondants dans un certain inconfort, la majorité d’entre vous se montrent assez zen par rapport à cette annonce. Et, comme nous l’explique, Michel Doucet, Vice-président Stratège d’investissement et Gestionnaire de portefeuille, vous avez plutôt raison de rester sereins.

Pourquoi augmenter les taux d’intérêt directeurs ?
Commençons par essayer de comprendre ce qui se passe et pourquoi ça se passe. 

C’est un peu plus subtile que cela mais dans l’idées, pour pouvoir prêter des dollars canadiens à un consommateur, une banque doit elle-même emprunter de l’argent au préalable. Elle le fait auprès de la Banque du Canada. Cet argent elle doit le rembourser avec des intérêts calculés… selon les taux directeurs. Et comme cette institution financière se doit de gagner de l’argent (ne serait-ce que pour payer ses salariés) elle prête aux consommateurs en appliquant le taux directeur plus une marge : c’est ainsi qu’est défini le taux auquel nous empruntons tous. Ainsi plus les taux d’intérêts directeurs augmentent et plus les taux d’intérêts que le consommateur paie augmente. Mais alors, à quoi ça sert de les augmenter ?

Cela va étonner tous ceux qui dès le mois prochain vont voir les mensualités de leurs prêts augmenter, mais l’objectif de la Banque du Canada est bien de freiner la hausse des prix.
Depuis deux ans, l’inflation est portée par deux la pénurie de matières premières et le boom du marché immobilier. Si dans les deux cas le principe est le même, il est plus facilement compréhensible quand on pense à l’immobilier : 

  1. Beaucoup de personnes veulent déménager (pour avoir plus grand, avoir un jardin, quitter les centres urbains : ça ce sont les effets conjugués du confinement et du développement du télétravail).
  2. Beaucoup de demandes, mais peu d’offres, car ceux qui sont en place n’ont pas envie d’en sortir. Et comme la construction marche au ralenti, il y a très peu de nouvelles habitations. 
  3. Beaucoup de demandes, peu d’offres, les prix montent. C’est le principe de base de l’économie et jusque-là on est dans un scénario de fluctuation naturelle et (relativement) maîtrisée.
  4. Car, normalement la hausse des prix suffit à ralentir naturellement le marché. Les prix atteignent un niveau qu’on ne peut plus payer. Les acheteurs se retirent, les demandent baissent et, au bout d’un moment, les prix avec. 
  5. Mais pas là. Car avec des taux d’intérêt extrêmement très bas, il est facile d’emprunter plus, sur plus longtemps. On repousse encore et toujours les limites de ce qu’on peut payer.
  6. C’est ainsi que, bénéficiant de cette capacité financière, les acheteurs peuvent alors proposer des surenchères qui ne font... qu’augmenter les prix. 
  7. C’est cette partie de l’inflation qui est jugée vraiment dangereuse et c’est sur elle, que la Banque du Canada souhaite agir. En rendant le crédit plus cher, on freine le phénomène de surenchères.

Avec cette hausse, la Banque du Canada ne va pas faire disparaître les hausses des prix. Elles espèrent juste les contenir dans un cadre si ce n’est raisonnable, au moins naturel.

Faut-il être inquiets ?
Inquiets de hausse des prix en général, oui. Toutes les études montrent bien que malgré les mesures les Québécois ont perdu du pouvoir d’achat au cours des derniers mois. D’ailleurs, il suffit de se rendre à l’épicerie pour s’en rendre compte (et ne parlons pas du plein d’essence).

Inquiets de la hausse des taux d’intérêt ? Pas tant que ça. Car pour être directement impactés vous devriez avoir récemment souscrit un crédit hypothécaire à taux variables. Or comme nous le précise Michel Doucet, Vice-président Stratège d’investissement et Gestionnaire de portefeuille
au Mouvement Desjardins « 70% des emprunts sont réalisés en taux fixe. La hausse annoncée aujourd’hui n’aura donc aucun impact sur eux. ». C’est exactement ce que nous disait Catherine,  notre lectrice « J'ai signé taux fixe pour 7 ans en décembre dernier. Quelle chance ! ».

Et Monsieur Doucet de préciser « Quant à ceux qui ont souscrit un emprunt à taux variable il y a quelques années, ils restent gagnants, car, les taux actuels, même avec cette hausse, restent très certainement inférieurs à ceux auxquels ils ont signé leurs prêts. »

Reste que que ceux qui ont récemment souscrit un emprunt à taux variables peuvent être mis en difficulté. C'est aussi le cas de ceux qui ont ou devront souscrire un prêt pour une automobile, des études ou ceux qui ne remboursent pas intégralement leur carte de crédit. Si c’est votre cas, le conseil est de Monsieur Doucet est simple, mais essentiel : « Venez faire un point avec votre conseiller financier. Il existe des solutions. Chaque cas est unique. Par contre, pour pouvoir avoir accès à toutes ses solutions et ne pas affecter votre historique de crédits, il est très important de le faire avant d’avoir des incidents de paiements. Je le répète, venez faire un point avec votre institution financière. »

Est-ce une bonne nouvelle pour vos placements ?
Oui. Et à en croire notre sondage, vous êtes 26,1% à espérer en profiter. C’est vrai que si vous avez de l’argent placé avec des taux d’intérêt garantis, ceux-ci devraient augmenter prochainement. Mais si cette hausse des taux n’est pas la catastrophe annoncée pour les acheteurs, ce n’est pas non plus l’aubaine espérée pour les rentiers ! Peut-être pourrez-vous vous gâter un peu plus à Noël, mais peu de chances que cela ne vous permet de vous acheter un chalet… ça ferait monter les prix.
 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


25 septembre 2022

Les femmes d'affaires de la région ont rendez-vous le 28 septembre

C’est lors de son premier événement de la saison, qui se tiendra au Club Touriste de Valleyfield le 28 septembre prochain, que le comité local du Réseau des femmes d’affaires du Québec (RFAQ) de la Montérégie Ouest présentera sa programmation 2022–2023. L’événement se tiendra de 11 h à 13 h 30, au Club Touriste de Valleyfield, 133 Rue Victoria, ...

22 septembre 2022

Ouverture d'un centre de jeux vidéos

Le Contender Esports Vaudreuil-Dorion ouvre enfin ses portes. Ordinateurs, consoles de jeux, nourriture, musique... un endroit où se retrouver seul ou entre amis... Où vous trouverez un défi à votre hauteur. TOUT LE MONDE JOUE! Contender Esports est une franchise américaine. C’est le premier centre de jeux vidéos de cette franchise à ouvrir à ...

21 septembre 2022

Des augmentations de salaire de 4,1 % au Québec en 2023

Les employeurs du Québec s'attendent à devoir augmenter les salaires dans leur établissement de 4,1 % l'an prochain, rapporte l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec. Il s'agit de la prévision de hausses salariales la plus élevée depuis 2008, selon l'Ordre. C'est le secteur des technologies de l'information et des ...