Publicité

16 septembre 2021 - 12:00

24 rue Saint-Louis

Ouverture officielle de la Brulerie Emma à Salaberry-de-Valleyfield

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

C'est officiel: la Brulerie Emma, une entreprise de Salaberry-de-Valleyfield spécialisée dans la torréfaction artisanale et de la vente de café a maintenant pignon sur rue au 24 Saint-Louis. C'est en ce jeudi, le 16 septembre, que les deux propriétaires Marie-Ève Lavallée et Émilie Cabana accueillaient leurs premiers clients issus du secteur médiatique et commercial. 

Ce samedi, le 18 septembre, ce sera au tour des amateurs de café d'être accueillis sur place pour découvrir, et goûter, les produits de l'entreprise. Le duo d'entrepreneures est en affaires depuis maintenant deux ans. Jusqu'à aujourd'hui, la paire se concentrait sur la vente en ligne.

« Notre clientèle est surtout constituée de cafés et d'entreprises comme des épiceries fines, bien que nous desservions aussi les amateurs de cafés de la région. Ils sont les bienvenus sur place pour venir chercher leur café préféré ou venir goûter à nos produits. Mais ce n'est pas notre vocation première. C'est plutôt d'offrir nos produits, en magasin et en ligne, aux entrepreneurs intéressés du Québec », précise la copropriétaire Marie-Ève Lavallée. 

Fait intéressant: la Brulerie Emma peut livrer ses produits aux quatre coins de la province. Actuellement, son réseau de clients s'étend de Victoriaville, jusqu'au Haut-Saint-Laurent, en passant par Salaberry-de-Valleyfield, Sainte-Martine et la région du Suroît

Dans les locaux de l'entreprise, on retrouve un atelier où sont cuits et torréfiés les grains de café provenant d'aussi loin que du Guatemala, d'Afrique ou du Rwanda. L'opération prend une douzaine de minutes à faire. 

La communauté au coeur de son modèle d'affaires 

Selon ses propriétaires Emilie Cabana et Marie-Eve Lavallée, la Brulerie Emma se distingue par la qualité des cafés torréfiés et vendus, mais aussi par son engagement social. En effet, la communauté est au cœur de son modèle d’affaires, voire sa raison d’être. C’est pourquoi elles s’engagent à remettre 5 % des profits annuels en donation, auprès des organismes qui soutiennent les familles vulnérables de la région. 

À peine ouverte, les associées parlent déjà de doubler leur capacité de production et de faire l'achat d'une deuxième machine de torréfaction. « Ce que je trouve super à Salaberry-de-Valleyfield, c'est que nous sommes entourées d'un super écosystème d'entrepreneurs où l'entraide est très présente. Par exemple, Le local du gourmet, situé à quelques minutes d'ici vend nos produits. On peut aussi compter sur nos proches pour nous épauler dans cette aventure entrepreneuriale. Nous sommes choyées », conclut Mme Lavallée. 

On peut en apprendre plus sur l'entreprise via sa page Facebook officielle ou son site web. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.