Publicité

30 juillet 2021 - 13:00

Ontario et CMM

Pourquoi le prix de l’essence varie-t-il autant dans la région du Suroît?

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield est pile poil entre Montréal et l'Ontario, ce qui ne lui accorde pas de taxes supplémentaires sur l'essence, ni de rabais. 

Il suffit de parfois parcourir quelques kilomètres pour observer une variation notable du prix à la pompe, un écart allant parfois de 15 à 20 cents le litre. 

Les stations-service des municipalités affiliées à la CMM, comme Beauharnois ou Vaudreuil-Dorion, allant jusqu'à Les Cèdres, doivent ainsi percevoir une taxe de 3 cents le litre, s’ajoutant à celle sur le carburant de 19,2 cents appliquées partout au Québec.

Une taxe fédérale de 10 cents, en plus de la TPS et de la TVQ, fait également partie du prix à la pompe. 

Proximité avec l’Ontario

Une réduction de taxe est quant à elle octroyée aux stations-service près de l’Ontario. Elle est même passée en 2015 de 4 à 8 cents le litre pour les pompes à moins de 5 kilomètres de la frontière interprovinciale.  

« Comme les prix sont plus bas en Ontario, il y a des exemptions de taxes qui s’appliquent aux stations-service près de la frontière pour éviter que tout le monde fasse le plein de l’autre côté », explique Normand Mousseau, directeur scientifique de l’Institut de l’énergie Trottier à la Polytechnique. L'Ontario taxe effectivement moins les contribuables à la pompe que le Québec.

Plus on s’éloigne de la frontière, moins le rabais est imposant. Une région entre 15 et 20 kilomètres de l’Ontario ne peut donc bénéficier que de 2 cents le litre en moins. La Ville de Salaberry-de-Valleyfield ne peut donc en profiter, malgré qu'elle est tout de même assez proche. 

Il peut alors être avantageux économiquement de se déplacer pour faire le plein d’essence, mais sur le plan environnemental, faire un long trajet pour ce motif n’est peut-être pas la meilleure chose à faire. De plus, cela pourrait représenter que de minces économies. 

Pour M. Mousseau, la meilleure solution reste de consommer moins d’essence en privilégiant les modes de transport en commun, actifs, des voitures plus économiques, ou encore électriques lorsque c’est possible.  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.