Publicité

9 juillet 2021 - 09:00

Dans le parc industriel et portuaire Perron

Des terrains destinés au projet Solargise trouvent preneurs

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Voir la galerie de photos

Les terrains qui étaient destinés au méga-projet de Solargise dans le parc industriels et portuaires Perron ont tous trouvés preneurs. Totalisant une superficie de 1,5 millions de pieds carrés, ils ont été acquis par trois entreprises différentes qui s'implanteront à court et moyen terme sur le territoire de Salaberry-de-Valleyfield. 

Les élus ont profité de la séance régulière de ce mardi 6 juillet pour entériner la vente de deux de ces lots. Ceux-ci accueilleront des entrepôts industriels. 

Le premier a été acheté pour 1,5M$ par une compagnie à numéro détenue par Le Marché du Store, propriété de la famille Schiller. Un centre de distribution de 250 000 pieds carrés sera construit sur le lot. 

Le second, qui s'étend sur plus de 1,2 millions de pieds carrés, a été acheté par Broccolini Construction pour un montant de 3,9 M$. L'entreprise va y bâtir un centre de distribution de 400 000 à 500 000 pieds carrés et le louera une fois les travaux complétés. 

Un troisième lot a aussi été vendu au cours des derniers jours et prend place dans l'Écoparc situé dans le secteur de Saint-Timothée. Ce terrain de 84 000 pieds carrés est maintenant la propriété du Groupe Armid qui a mis la main sur celui-ci moyennant une somme de 282 000$. 

Cette entreprise possédait jadis les supermarchés Adonis, présents un peu partout au Québec. Via ce nouveau projet, un nouvel entrepôt de 40 000 pieds sera érigé sur le site dont la moitié sera réfrigéré. 

En entrevue vidéo, le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux, résume ces transactions acceptées lors de la séance de ce mardi. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.