Publicité

10 mai 2021 - 13:00 | Mis à jour : 13:01

Investissements de 735 M$

Google va implanter son premier centre de données à Beauharnois

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

C'est officiel, Google, l'entreprise américaine de services technologiques, va s'implanter à Beauharnois, sur un terrain appartenant actuellement à Hydro-Québec. La deuxième plus grande municipalité de la MRC de Beauharnois-Salaberry accueillera, au terme de ce projet d'implantation, le premier centre de données de l'entreprise au Canada qui nécessitera des investissements de 735 M$. 

Les emplois qui seront crées pendant la construction varieront entre 300 et 500. Une fois que le centre de données sera en opération, une trentaine d'emplois spécialisés et bien rémunérés seront créés. À l'échelle nationale, il s'agira du premier centre de données qui sera la propriété de Google

« Je suis très fier d’annoncer aujourd’hui un projet d’envergure pour la région. Ici, à Beauharnois, lorsque le projet débutera, il est estimé qu’il générera plusieurs emplois bien rémunérés, et ce, lors de la construction et durant l’opération du futur centre de données. L’expansion d’une entreprise de l’envergure de Google au Québec confirme notre statut de pôle technologique parmi les plus dynamiques et les plus verts au monde », mentionne le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon par voie de communiqué. 

Le maire de Beauharnois, Bruno Tremblay ne cache pas sa joie face à cette arrivée majeure sur le territoire municipal. « C'est une excellente nouvelle pour la municipalité, mais aussi pour la région en raison des emplois qui y seront crées, autant lors de la construction que lors de l'exploitation. Les sous-traitants électrique et mécanique établis dans la région devraient aussi y être mis à contribution si je me fie aux autres centres de données de la région », lance-t-il en entrevue avec Néomédia Valleyfield. 

Exclusion des terrains de la zone agricole 

Afin de concrétiser cette initiative et répondre aux besoins spécifiques liés à la future construction et à l’exploitation d’un tel centre de données, le gouvernement a procédé à l’exclusion de la zone agricole de terrains représentant une superficie de 62,4 hectares et appartenant à Hydro-Québec.

Des mesures de compensation sont prévues pour atténuer les répercussions de ce projet sur le territoire et les activités agricoles. Elles découlent d’engagements convenus avec l’Union des producteurs agricoles (UPA) et la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Par exemple, une superficie équivalente de terrains hors zone agricole appartenant à Hydro-Québec, et voisine aux terrains qu’achètera Google, sera incluse dans la zone agricole pour ensuite être cédée ou confiée à long terme à la Fiducie agricole UPA-Fondaction pour soutenir ses activités visant notamment à préserver le patrimoine agricole québécois.

De plus, le gouvernement du Québec attribuera une contribution financière non
remboursable de 3,54 millions de dollars à la Fiducie agricole UPA-Fondaction pour
favoriser le démarrage de ses activités. Une aide financière non remboursable de
2,7 millions de dollars sera également versée à la CMM pour assurer la mise en œuvre du Parc métropolitain agricole.

Par ailleurs, afin de souligner l’importance et la pérennité de ses relations avec l’UPA, Hydro-Québec cédera à la Fiducie agricole UPA-Fondaction un terrain de 150 hectares situé à Saint-Stanislas-de-Kostka. Celui-ci permettra d’appuyer le démarrage des activités de la Fiducie.

« L’idée d’accueillir la multinationale Google et de participer à leurs projets futurs dans Beauharnois suscite une grande mobilisation des acteurs locaux. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous faisons aujourd’hui ce pas de plus pour concrétiser cette initiative d’avenir et revitaliser l’économie régionale, et ce, tout en préservant le dynamisme des activités agricoles dans notre circonscription », ajoute pour sa part  Claude Reid, le député de Beauharnois. 

Prochaines étapes 

Quelles sont les prochaines étapes à venir dans le dossier? « L'étape à venir est la transaction entre Google et Hydro-Québec pour l'achat de terrains d'une superficie de 62 hectares destinés à l'implantation du centre de données. De ce que l'on en sait, l'entreprise voudrait concrétiser le projet rapidement soit dans un horizon de 18 mois et son bâtiment occuperait entre 40% et 50% de la superficie totale des terrains achetés », ajoute le maire Bruno Tremblay. 

Quel sera le montant de la transaction? Pour le moment, il est impossible de le dire, mais des terrains situés en face du futur site appartenant à Google ont trouvé preneur à 3,50$ du pied carrés tout récemment. 

Notons que la Ville de Beauharnois  a dû répondre à de nombreux critères pour attirer le géant américain spécialisé en services technologiques. Par exemple, le terrain acquis devait être plat et non en dénivelé, le site devait être situé à l'extérieur des corridors aériens et ferroviaires. Bien sûr la proximité des autoroutes et la de la Centrale hydroélectrique ont joué pour beaucoup dans la décision de Google de s'implanter au sein de la municipalité. 

Est-ce que  la Ville de Beauharnois peut s'assurer que le projet annoncé voit réellement le jour sur son territoire? Concrètement, la réponse est non puisqu'elle n'est pas propriétaires des terrains vendus. 

Enfin, est-ce que l'arrivée de Google attirera d'autres joueurs majeurs à s'établir à Beauharnois dans les prochaines années? « Je crois que nous sommes capable de créer un pôle de développement autour de cette industrie, soit celles des centres de données informatiques, tout comme St-Hubert ou Mirabel avec l'aéronautique. Nous avons des espaces de bureaux qui sont disponibles en ce sens, mais aussi pour toutes les entreprises qui aimeraient s'installer à l'extérieur de la métropole, tout en étant à proximité de celle-ci »,conclut M.Tremblay

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.