Publicité

11 novembre 2020 - 12:00

Il régirait les contrats d'approvisionnement

Dominique Anglade propose un Code de conduite pour encadrer les producteurs agroalimentaires

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Pour corriger l’iniquité entre les producteurs locaux et les grandes chaînes commerciales d’alimentation, pour soutenir la vitalité de la Montérégie et pérenniser les fermes familiales, la cheffe de l'opposition officielle et porte-parole responsable de la Charte des régions, Dominique Anglade, lance une proposition audacieuse : un Code de conduite pour défendre et protéger l’industrie agroalimentaire en Montérégie.

L’agriculture dans Beauharnois-Salaberry  est un secteur économique important pour la région. En effet, selon  le portrait socioéconomique réalisé par la MRC en 2016 , 79 % de son territoire est situé dans la zone agricole permanente couvrant principalement les cinq municipalités rurales que sont Saint-Étienne-de-Beauharnois, Saint-Louis-de-Gonzague, Saint-Stanislas-de-Kostka, Saint-Urbain-Premier et Sainte-Martine.

Toujours selon ce document, 815 personnes demeurant dans la MRC de Beauharnois-Salaberry, soit 2, 6% de la population active totale pratiquaient l'agriculture, la foresterie ou la pêche et la chasse. Les statistiques font aussi état que 605 citoyens, soit 1,9 %, exercent une profession en lien avec les ressources naturelles, l'agriculture ou une production connexe.

« Au cours des derniers mois, Walmart et d'autres grands détaillants ont annoncé leur intention d'imposer de nouveaux frais à leurs fournisseurs, sans même consulter notre industrie agroalimentaire. Au Parti libéral du Québec, nous n'acceptons pas que ces bannières géantes changent les règles du jeu de manière unilatérale, au détriment de nos entreprises québécoises et de nos fermes familiales de la Montérégie, et encore moins en pleine pandémie », a laissé savoir Dominique Anglade.

Le Code de conduite proposé par le Parti libéral encadrerait les contrats d'approvisionnement en prévoyant un certain nombre de règles et de principes comme des clauses d'ajustement des prix, de retour de marchandises, et des mécanismes de résolution des différends.

« En se dotant d'un Code de conduite, on permettrait à notre industrie agroalimentaire de la Montérégie d'avoir de la prévisibilité, de mieux rémunérer les travailleurs et d'employer des techniques agricoles moins intensives et plus durables. À terme, c'est la vitalité même de la région qui en bénéficie », poursuit la cheffe du Parti libéral du Québec.

«  L'adoption d'un Code de conduite au Québec ne réglerait pas tout, mais cette mesure nous permettrait de rétablir l'équité et de dire à nos producteurs, nos fournisseurs et nos transformateurs de la Montérégie que nous sommes avec eux. Par ailleurs, pour que le Code de conduite puisse jouer pleinement son rôle, il serait essentiel que l'Ontario ou le gouvernement canadien adopte une mesure similaire. Ce sont des discussions qui peuvent être mises de l'avant par le gouvernement du Québec. Ce que nous proposons existe et fonctionne ailleurs sur la planète, alors pourquoi pas ici ? », conclut Dominique Anglade.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.