Publicité

12 septembre 2020 - 10:00

Québec met aussi fin aux karaokés

Un registre des clients des bars est maintenant obligatoire

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Dès maintenant, les tenanciers de bars ont l’obligation de tenir un registre des clients qui entrent dans leur établissement. Cette pratique, qui était déjà encouragée, vise à faciliter davantage l'identification des contacts par les autorités de santé publique en cas de contamination.

En plus d’annoncer l’obligation de la tenue d’un registre, les autorités de santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux ont également souligné qu'à compter d'aujourd'hui les activités de karaoké qui se tiennent dans des lieux publics, tels que les bars ou encore des salles louées ou des salles communautaires, doivent être suspendues, en raison des risques de propagation qu'elles présentent.

Cette décision fait suite à certains cas de transmission survenus au cours des dernières semaines. Plusieurs facteurs de risque justifient cette décision, comme la projection de gouttelettes respiratoires lorsque les personnes chantent, la proximité entre les participants et le partage d'objets communs, notamment les micros.

Cette interdiction s'inscrit dans le cadre de mesures de prévention plus vastes visant à limiter la transmission communautaire du virus et à contrer une possible deuxième vague.

Les activités de karaoké organisées dans un lieu privé rassemblant des personnes n'habitant pas à la même adresse sont pour leur part fortement déconseillées.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.