Publicité
30 janvier 2020 - 07:00 | Mis à jour : 11:28

Ils veulent rebâtir au même endroit en dépit d'un changement de zonage

Pizza Fritz: les propriétaires du restaurant interpellent le conseil municipal de Salaberry-de-Valleyfield

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le 14 décembre dernier, le restaurant Pizza Fritz, situé sur la rue Maden à Salaberry-de-Valleyfield était la proie d’un incendie d’origine criminelle. Près de deux mois plus tard, les propriétaires du restaurant interpellent le conseil municipal pour pouvoir redémarrer le commerce au même emplacement même si le zonage du secteur a changé.

À la suite de l’incendie, la bâtisse qui abritait le restaurant a été déclaré perte totale par l’évaluateur de la ville et celui des assurances. Le verdict est clair: la reconstruction est la seule option pour redémarrer le commerce.

« On demande simplement aux membres du comité consultatif d’urbanisme (CCU) de faire preuve de gros bon sens dans notre dossier. Depuis l’incendie, on tourne en rond et on a aucun revenu. On espérait obtenir un permis assez facilement et rapidement, mais on a appris que le zonage du secteur où notre commerce est situé a changé et que c’est désormais résidentiel », relate Jean-Marc, l’un de deux propriétaires de l’endroit avec sa conjointe Mélanie.

C’est que depuis février 2019, aucune construction commerciale ne peut être faite dans le secteur sans obtenir une dérogation officielle du conseil municipal. Une démarche qui coûte quelques milliers de dollars, mais qui ne garantie pas une réponse favorable.

Depuis leur visite au département de l’urbanisme, le couple a appris que les membres du CCU sont mitigés quant au sort du restaurant. « Notre stationnement poserait problème en raison de son emplacement. Si la demande est refusée, il va falloir attendre des mois avant qu’elle ne repasse devant le CCU. Sans l’approbation du CCU, le conseil municipal ne peut pas se pencher sur le dossier », ajoute-t-il.

L’emplacement idéal

Rappelons que jusqu’à l’incendie, le restaurant prenait place aux coins des rues Maden et Notre-Dame. Un emplacement idéal selon le duo d’entrepreneurs. « C’est parfait pour nous étant donné que nous avons seulement un comptoir pour emporter et de livraison. Mais c’est l’endroit idéal parce qu’on peut diviser la ville en deux. On peut livrer aussi rapidement dans le quartier nord que dans Grande-Île ou Saint-Timothée », raconte-t-il.

Autre raison pour laquelle les propriétaires tiennent mordicus à ce lieu: la majorité de leurs employés n’ont pas de voitures et viennent au travail à pied. En 2019, jusqu’à 18 personnes ont travaillé chez Pizza Fritz où l’on peut servir jusqu’à 800 clients par jour.

Au cours des dernières heures, une pétition a vu le jour pour soutenir la demande de Jean-Marc et Mélanie auprès des élus et membres du CCU. Près de 1000 personnes ont appuyé les restaurateurs à cette heure.

La Ville ne dit pas non

Interpellée sur le dossier, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield confirme que la demande du couple est en traitement. « Elle sera traitée en février en CCU, mais il est certain que si elle est acceptée, les propriétaires devront se conformer aux nouvelles normes d’urbanisme en vigueur sur notre territoire en lien avec le stationnement, les espaces verts, la marge de recul, les dimensions et autres. À l’heure actuelle, la Ville ne se prononce pas contre la demande », précise la porte-parole Valérie St-Onge.

Face à cette réponse, Jean-Marc précise être ouvert à faire des changements pour continuer à servir sa clientèle. « C’est sûr que je ne suis pas heureux de me faire dire que mon stationnement passerait de 15 places à huit. Mais je suis prêt à me conformer aux exigences pour réouvrir le plus rapidement possible », conclut-il.

La recommandation du CCU devrait être discutée à l’assemblée régulière de février du conseil municipal. Le dossier est donc à suivre.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.