Publicité
9 octobre 2019 - 07:00

Référendum sur la mise à niveau des infrastructures de ce secteur

Parc industriel Arthur-Miron: Salaberry-de-Valleyfield en mode solution

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Le décompte final du référendum concernant le projet de règlement 360 décrétant des travaux d’infrastructure dans le parc d’affaires Arthur-Miron de Salaberry-de-Valleyfield fait état de 33 votes contre et de 11 votes pour. Le projet de règlement ne pourra donc pas entrer en vigueur, ce qui signifie que la Ville de Salaberry-de-Valleyfield devra trouver un plan B pour y aménager un accès routier sécuritaire et fonctionnel. 

Le règlement 360 visait à régler quatre problématiques distinctes dans ce secteur, soit : la faible capacité du réseau de bornes d’incendie, les problématiques de drainage, l’absence d’infrastructures (égouts, aqueduc) dans certaines portions du parc ainsi que la nécessité d’y aménager un accès routier sécuritaire et fonctionnel.

Le conseil devra donc revenir très rapidement avec une nouvelle proposition visant à résoudre, à tout le moins, le dernier problème. « Nous avons reçu une lettre du ministère des Transports nous confirmant que si nous ne proposions pas une autre solution d’ici le 22 janvier 2020, le ministère irait de l’avant avec son plan initial visant à installer des feux de circulation à l’intersection Bord de l’Eau et Monseigneur-Langlois, tout en fermant d’autres ouvertures du terre-plein central du boulevard. Comme nous souhaitons conserver le contrôle sur celles qui resteront ouvertes, nous allons à coup sûr proposer autre chose », a mentionné le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux.

« C’est triste pour ce secteur qui aurait pu avoir un bien meilleur potentiel, mais la démocratie a parlé. Nous devons donc concentrer nos efforts uniquement sur la question de l’accès. Ainsi, même s’il est désormais clair que plusieurs sections du parc ne pourront jamais être développées à leur plein potentiel, le plus important demeure de nous assurer qu’il sera encore possible d’y entrer et d’en sortir le plus facilement possible et surtout, de façon sécuritaire », a conclu monsieur Lemieux.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.