Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
22 août 2018 - 13:00

Légalisation prochaine

Salaberry-de-Valleyfield accueillera une usine de production de cannabis

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Toutes les réactions 1

Depuis quelques mois, les travaux vont bon train sur le terrain acquis à Salaberry-de-Valleyfield par l’entreprise The Green Organic Dutchman (TGOD). Lors de la plus récente réunion du conseil municipal d’août, on en apprenait plus sur cette entreprise ontarienne.

Il y a plusieurs mois de cela, TGOD a fait l’achat d’un terrain de 3,2 millions de pieds carrés dans la capitale du Suroît. La construction de la phase 1 de cet imposant projet a débuté à l’automne sur une superficie de 820 000 pieds carrés.

Sur son site Internet, TGOD indique que ce site lui permettra d’atteindre une production annuelle de 116 000 kg de cannabis médicinal à terme. L’entreprise ajoute aussi que son usine campivallensienne lui permettra d’assurer la production dans un environnement contrôlé selon les règles de l’art. Comment? Grâce à une technologie automatisée avancée, incluant des zones de production dotées de leur propre système d’aération.

Selon TGOD, cette façon de faire assure un plein contrôle de l’environnement extérieur et réduit et élimine l’effet de contaminants. Elle produire aussi des conditions optimales pour une production exempte de pesticides.

« Notre tarif d’électricité au Québec sera d'environ 0,04 $ par kWh, ainsi nous deviendrons l'un des producteurs ayant les plus bas coûts d'exploitation au pays », souligne TGOD sur son site Internet.

Elle note aussi d’autres avantages du site comme le fait d’être desservi par des conduites de gaz industriels, des eaux usées, un accès illimité à de l’eau brute de bonne qualité et la proximité des routes et autoroutes. Elle relate aussi la présence d’une grande ville et à moins de 1 km d’une sous-station pouvant fournir jusqu’à 50 mégawatts de puissance.

40 millions d’investissements

Au total, le projet nécessitera des investissements de 40 M $ de TGOD.À la réunion du conseil municipal de Salaberry-de-Valleyfield le 21 août dernier, on en apprenait plus sur le sujet.

« Sur le terrain du Boulevard Gérard-Cadieux acquis par TGOD, on retrouve une serre de 1 million de pieds carrés, ainsi que des bureaux et un centre de recherche. Dès son ouverture prévue en juillet 2019, l’entreprise pourra vendre son produit sur le marché international », indiquait le directeur général de la Ville de Salaberry-de-Valleyfield, Pierre Chevrier.

Enfin, l’usine de Salaberry-de-Valleyfield s’ajoutera à celle d’Hamilton en Ontario, aussi propriété de TGOD.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Oui je sais ils sont mes voisins j'ai même eu des offre pour louer mes deux terrain avec option d'achat ou carrément acheter mes terrains qui sont industriel et agricole , Ça va être bon pour l'économie de Valleyfield

    Michel - 2018-08-24 18:46