Publicité

26 janvier 2018 - 09:00

En opération depuis 1985 à Salaberry-de-Valleyfield f

L’usine AkzoNobel fermera ses portes en mars prochain

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Une bonne nouvelle ne vient jamais seule.  L’usine AkzoNobel, située au 640, Boulevard des Érables, fermera ses portes et cessera ses activités à la fin mars 2018.

Le 1er avril prochain, la cinquantaine de personnes qui y travaillent se retrouveront au chômage. L’annonce de la fermeture de la succursale campivallensienne a été confirmée le jeudi 25 janvier.

Rappelons que l’entreprise est spécialisée dans les peintures, produits chimiques et produits santé. Son siège social se trouve à Amsterdam aux Pays-Bas.

« Mes premières pensées vont aux employés qui viennent de l’apprendre. Je suis de tout cœur avec eux. Ce n’est évidemment pas une bonne nouvelle, d’autant plus que la compagnie était en opération depuis 1985 à Salaberry-de-Valleyfield », précise le député de Beauharnois, Guy Leclair, à la suite de ces récents développements.

Déménagement de la production

AkzoNobel a précisé qu’elle déménagera sa production de chlorate de sodium, utilisé dans l’industrie du pâte et papier, vers les autres usines du groupe AkzoNobel Pulp and Performance Chemicals. Celles-ci sont situées à Magog au Québec, à Columbus au Mississippi et à Moses Lake à Washington.

Ce qui étonne le plus M. Leclair est que l’entreprise quitte la région en pleine effervescence économique. « L’usine est dans un quartier industriel où l’on retrouve le seul port de juridiction municipale au Québec et un terminal intermodal. C’est l’endroit idéal. Ce genre de situation permet généralement à une entreprise de réduire ses dépenses de transports ainsi que le coût de ses irritants. »

Perspectives d’embauche excellentes

De son côté, le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux, soutient avoir une pensée particulièrement pour les travailleurs affectés par la fermeture. « Ces hommes et femmes vont perdre un emploi, mais les perspectives d’embauche demeurent excellentes dans cette sphère d’activité. Cette main-d’œuvre spécialisée envers les besoins spécifiques de l’industrie chimique, ici, sera convoitée pour répondre à la demande des autres entreprises du secteur. »

Il confie aussi que la Ville de Salaberry-de-Valleyfield est en discussion avec Emploi-Québec. Pourquoi? Afin de  mettre en place un comité d’aide au reclassement des travailleurs par l’entremise de son directeur du développement économique, Yvon D’Aoust.

Ce dernier conclut en lançant un appel aux investisseurs de l’industrie chimique. « Le site d’AkzoNobel représente un immense potentiel. Les bâtiments, les équipements spécifiques ou encore le terrains sont disponibles pour de l’agrandissement. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.