Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 mars 2018 - 06:00

Ouest de l’île de Montréal

Le SPVM passe les menottes au responsable de plusieurs introductions par effraction

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Trois chefs d’accusations d’introduction par effraction. Voilà de quoi à dû répondre Raymond Wilson, 47 ans, devant un juge, le 24 février dernier. L’homme s’était fait passer les menottes la veille par les enquêteurs du Service partagé des enquêtes de la Division Ouest et les policiers du poste de quartier 1 du SPVM.

On lui reproche son implication dans une série d’introductions par effraction dans des résidences situées à l’ouest de l’île de Montréal.

Actif depuis 2016

M. Wilson n’en est pas à son premier délit. Le 31 décembre 2016, lors d’une tentative d’introduction par effraction, il est repéré. Les policiers ont retrouvé un véhicule suspect qu’ils ont relié à M. Wilson.

Un an plus tard, en décembre 2017, il est arrêté et accusé d’être responsable de deux introductions par effraction. Celles-ci ont été commises à Laval. Il est alors libéré sous conditions.

En janvier 2018, les policiers constatent qu’il a repris ses activités criminelles. Il est soupçonné de commettre des introductions par effractions dans des résidences de Beaconsfield.

Seconde arrestation

Le 23 février dernier, M. Wilson est arrêté de nouveau en flagrant délit. Plusieurs dossiers sont, à ce moment, reliés à ce suspect. Il a comparu le 24 février dernier et fait face aux chefs d’accusations cités précédemment.

Quiconque aurait de l’information sur ces événements ou sur tout autre dossier peut communiquer avec Info-Crime Montréal au 514 393-1133. L'information sera traitée de façon anonyme et confidentielle.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.