Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 mai 2018 - 11:00

Jusqu’au 13 mai

La mairesse de Sainte-Martine Maude Laberge est en mission à Haïti

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

La mairesse de Sainte-Martine et préfète de la MRC Beauharnois-Salaberry, Maude Laberge est actuellement en Haïti. Celle qui agit aussi comme présidente de la Commission des Femmes et gouvernance de l’Union des municipalités du Québec y restera pour une semaine.

Son séjour prendra fin le 13 mai prochain. Elle est accompagnée dans son périple par la mairesse de Magog et présidente du Caucus des cités régionales de l’UMQ, Vicki-May Hamm. Cette dernière est aussi membre du conseil d’administration de la Fédération canadienne des municipalités (FCM).

Les deux élus y sont en vertu du Programme de coopération municipale Haïti-Canada. « Cette mission, qui se déroule à Port-au-Prince et dans la région des Palmes, les amènera entre autre à participer à un forum organisé par la Fédération nationale des femmes maires d’Haïti (FENAFEHM)  », indique l’UMQ via un communiqué.

Lors de cet exercice, elles partageront, avec leurs homologues, leur expérience en tant que mairesses au Québec. Elles aborderont aussi leur engagement politique, leur implication au sein d’associations municipales et l’importance que revêt pour elles la participation citoyenne.

Renforcer les liens

Ce voyage vise aussi à renforcer la collaboration entre l’UMQ et la FCM avec leurs partenaires haïtiens. Parmi eux, on retrouve les trois fédérations d’élues et d’élus locaux, soit FENAFEHM, la Fédération nationale des CASEC d’Haïti et la Fédération nationale des ASEC d’Haïti. 

Elles échangeront enfin avec des représentants de la Communauté des municipalités de la région des Palmes. Les sujets abordés? Ils tourneront autour des différents volets liés à la gouvernance et à la gestion municipale.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.