Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
6 octobre 2017 - 12:35 | Mis à jour : 12:43

Revenu Québec

Contrebande de tabac: amendes salées émises dans la région

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Deux citoyens de Beauharnois et un de la municipalité de Coteau-du-Lac devront payer des amendes totalisant 705 276, 80 $. Le trio a été reconnu coupable d’infractions liées à la contrebande de tabac et Revenu Québec leur a imposé des amendes qui varient entre 70 000 $ et 317 200 $.

Les accusés font partie des 15 individus mis à l’amende pour un moment global de 3,4 millions de dollars par Revenu Québec, au début du mois d’octobre.

Les Beauharlinois Frédéric Lortie-Fortier et Linda Brunet doivent respectivement 317 200 $ et 70 876.80 $ au Ministère de la Justice du Québec. « Nous prononçons la condamnation, mais l’argent perçu retourne dans les coffres de l’État via le Bureau des infractions et des amendes du Ministère de la Justice du Québec. Les accusés doivent s’entendre avec eux pour la suite des choses », indique la porte-parole de Revenu-Québec, Geneviève Laurier.

Le Coteaulacois, Roger Johnson, devra aussi débourser 317 200 $ à cause de ses agissements passés.

700 000 cigarettes illégales

L’amende de M. Lortier-Fortier est élevée car il s’est retrouvé, avec M. Johnson, au cœur d’une perquisition conjointe. L’opération a été menée, le 19 juin 2014, par la Sûreté du Québec et la Gendarmerie royale du Canada. Au cours de celle-ci, les forces de l’ordre ont mis la main sur 700 000 cigarettes illégales. La cour avait, dans la foulée, ordonné la suspension de leur permis de conduire pour trois mois. Les accusés disposent de quatre mois pour payer leurs dettes.

Quant à Linda Brunet, aussi de Beauharnois, son infraction remonte au 14 juillet dernier. Des policiers avaient effectué une perquisition à un véhicule et y ont découvert 545.2 kilogrammes de tabac de contrebande. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.