Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 octobre 2017 - 15:00

Technologie

Les médias 2.0, plus populaires que la télévision!

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Si votre ordinateur, téléphone intelligent ou tablette numérique est une extension de vos bras et que vous les utilisez régulièrement pour vous informer : rassurez-vous, vous êtes parfaitement normal.

Selon une enquête menée par le Centre d’études sur les médias de l’Université Laval, les médias numériques consultés sur l’une de ces trois plateformes, ont détrôné la télévision comme moyen de se tenir informé au Québec en 2015.

En effet, près de 90 % des Québécois avouent recourir aux médias numériques, tel que Néomédia.com , pour s’informer de manière régulière. De ce nombre, 56 % confient posséder dans leur tablette ou téléphone intelligent au moins une application leur permettant d’accéder à des nouvelles.

L’âge, un facteur important

Les auteurs de l’étude sont catégoriques:  l’âge est le facteur qui a le plus d’incidence sur l’intensité de l’usage de ces nouveaux modes d’information.

Sans surprise, ce sont principalement les 18-24 qui utilisent en majorité les sources numériques pour se tenir au courant de l’actualité. Tout juste derrière, on retrouve les 25-44 ans qui font une utilisation équivalente des médias numériques et traditionnels. Pour leur part, les plus de 44 ans s’en remettent plus à la télévision, à la radio et aux médias écrits.

Ce sont les hommes qui remportent la palme des plus grands usagers de médias numériques. L’enquête révèle aussi que les lecteurs de quotidiens imprimés passent moins de temps à la tâche que ceux qui s’informent par le biais d’un ordinateur, une tablette ou un téléphone.

Enfin, la recherche nous permet d’apprendre aussi que les Québécois francophones ont passé un peu plus de temps à s’informer en 2015 qu’en 2013. Depuis 2007, leur consommation quotidienne d’information, issue de tous médias confondus, est passé de 84 minutes à 101 minutes. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.