Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
29 juin 2017 - 08:02 | Mis à jour : 08:46

Le Kathrin Spirit: une bombe à retardement !

« Ils ont pris un risque irresponsable et inexcusable » - Anne Quach.

Après des mois d’attente, le gouvernement libéral a lancé vendredi dernier un appel d’offres pour le démantèlement du Kathryn Spirit qui gît sur le lac Saint-Louis depuis 2011. Pour Anne Minh-Thu Quach, députée du NPD dans Salaberry-Suroît, Justin Trudeau et Stephen Harper ont joué à la roulette russe avec le navire.

Rappelons brièvement les faits. Le Kathryn Spirit, construit en 1967, est accosté à Beauharnois depuis maintenant 6 ans. Or, en 2015, il a été abandonné par l’entreprise mexicaine qui le détenait. Le navire, dans un état de détérioration avancée, avait failli flancher dangereusement l'été passé.  Il avait fallu une intervention in extremis et y installer des câbles pour éviter un déversement. Les autorités craignaient alors que le bâtiment ne se retourne en libérant son carburant dans les eaux. Un batardeau a été construit dans la dernière année afin de stabiliser la structure,qui se désintègre sans cesse, en attendant le démantèlement.

L’annonce de l’appel d’offres, faite le vendredi 23 juin, est arrivée deux jours après l’ajournement de la session de la Chambre des communes. Les députées, dont Anne Quach, n’ont donc pas eu l’occasion de poser leurs questions sur le processus. Or, le document comprend une série de rapports qui n’ont rien pour rassurer la population locale.

En effet, le gouvernement a rendu public un inventaire des matières dangereuses contenues dans le bâtiment. Amiante, BPC, produits chimiques (solvants), carburants, huiles, graisses, plomb et matières biologiques dangereuses ont contaminé l’eau emprisonnée dans le navire. Pire, les inspecteurs ont noté des dommages considérables à la coque. Ils ne peuvent ainsi pas exclure que certaines matières se soient mélangées à l’eau du lac. 

Qui plus est, la peinture de la coque, constamment battue par les vagues, contient du plomb. Ce métal lourd et toxique s’est donc peut-être retrouvé dans l’eau potable.

« Ça ne m'entre pas dans la tête que deux gouvernements aient laissé pourrir dans un réservoir du fleuve Saint-Laurent un bateau qui pourrait contaminer l'eau que l'on boit tous. On dit souvent que l'eau est notre plus grande richesse mais elle ne semble pas avoir beaucoup de valeur pour les Libéraux et les Conservateurs. Ils ont pris un risque irresponsable et inexcusable », conclut Anne Quach.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.