Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
24 mai 2017 - 14:13 | Mis à jour : 25 mai 2017 - 09:20

Économie

Paradis fiscaux : l'heure de rendre des comptes

Ce sont 7 milliards de dollars qui échappent annuellement au trésor public canadien. Pour Anne Minh-Thu Quach, députée de Salaberry-Suroit, et Alexandre Boulerice, député de Rosemont-Petite Patrie, il est temps que ça change. Alexandre Boulerice, rappelons-le, est critique en matière de Finances pour le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Il était de passage à Les Coteaux mardi soir où il animait une assemblée publique sur les paradis fiscaux avec Roger Lanoue, membre du conseil d’administration d’ATTAC- Québec. Cet organisme milite contre les stratagèmes d’évasion fiscale.

Le militant aimerait que les gouvernements s’engagent fortement à combattre l’évasion fiscale. Il avance des données peu reluisantes : 50 % des transactions internationales en 2006 ont été effectuées dans des paradis fiscaux; les fuites fiscales dans les pays du Sud représentent 5 fois la somme nécessaire pour éradiquer la pauvreté.

Pour sa part, Alexandre Boulerice en a assez d’une fiscalité à deux vitesses : « D’un côté, il y a la majorité des citoyens qui travaillent fort pour joindre les deux bouts qui n’ont pas les moyens de contourner la fiscalité. D’un autre, il y a les super-riches qui ont tous les moyens pour contourner les règles. Le pire, c’est que lorsqu’ils se font prendre, il n’y a aucune conséquence. Ce n’est pas le cas du travailleur de la classe moyenne pour qui l’Agence du revenu du Canada n’a aucune pitié. »

Il rappelle, aussi, que l’évasion fiscale a des répercussions négatives directes. Par exemple, 7 milliards de dollars seraient suffisants pour : embaucher 30 000 médecins de famille; construire le pont Champlain; construire le train à grande fréquence entre Québec et Toronto; réparer plus de 4 millions de nids de poule; et financer 1690 années universitaires.  Soulignons que ces répercussions sont annuelles.

Tout comme Roger Lanoue, le NPD demande au gouvernement de prendre enfin des mesures sérieuses contre les paradis fiscaux, de resserrer les règles sur les sociétés fictives, de mettre fin aux ententes de pardon sans pénalité pour les individus soupçonnés d’évasion fiscale, et de renégocier les conventions fiscales qui laissent des compagnies rapatrier au Canada des profits à partir de paradis fiscaux sans payer d’impôt.

Il est possible de signer la pétition contre les paradis fiscaux au bureau d’Anne Quach du 87, rue Ste-Cécile à Salaberry-de- Valleyfield.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.