Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
24 avril 2018 - 09:05

Kathryn Spirit: qui dit vrai?

Par Jessica Brisson, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

La députée de Salaberry-Suroît, Anne Minh-Thu Quach déplore, une fois de plus, l'irresponsabilité du gouvernement dans le dossier du Kathryn Spirit.

Suite à l'incendie qui s'est déclaré le mardi, 10 avril dernier, dans une des salles des machines de l’épave, la députée demande à ce que le gouvernement agisse et rassure la population.

« Lors de l’intervention sur le Kathryn Spirit, les pompiers ne savaient pas s’il restait des matériaux dangereux à bord du navire et n’avaient pas reçu le plan de mesures d’urgence. Après 7 ans de mauvaise gestion dans ce dossier, le gouvernement a fait preuve de laxisme en matière de sécurité. C’est irresponsable. »

De son côté, le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, M. Dominic Leblanc, souligne partager les mêmes inquiétudes que la députée Anne Minh-Thu Quach, notamment en ce qui touche la sécurité de la population et des travailleurs.

« C'est pourquoi nous avons investi énormément d'argent pour arriver exactement à cette conclusion. Un petit incendie s'est déclaré dans les salles des machines de l'épave du Kathryn Spirit. L'entrepreneur a confirmé qu'il a remis, en main propre, les plans du chantier du bateau et le plan d'urgence au directeur de la sécurité incendie et de la sécurité civile de Beauharnois le 14 décembre 2017. »

Or, le Service d'incendie de Beauharnois persiste à dire qu'aucun plan de mesures d'urgence n'a été remis aux équipes d'intervenants.

« Qu’est-ce que le gouvernement entend faire pour rassurer la population que les règles de sécurité et les règles environnementales seront suivies durant le reste des travaux de démantèlement ? », conclut Anne Minh-Thu Quach.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.