Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 avril 2018 - 11:34

La députée néo-démocrate réclame une enquête

« Transports Canada et la Garde côtière doivent mener une enquête et rendre publiques leurs conclusions » - Anne Minh-Thu Quach

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

À la suite de l’incendie à bord de l’épave du Kathryn Spirit, la députée néo-démocrate pour Salaberry-Suroît, Anne Minh-Thu Quach, demande qu’une enquête soit entreprise par Transports Canada et la Garde Côtière. En effet, de nombreuses questions demeurent sur les causes de l’incendie, mais aussi sur la présence de polluants à bord.

La députée a envoyé une lettre au ministre des Transports, Marc Garneau et à son collègue Dominic Leblanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde Côtière pour que leurs services fassent enquête sur les causes et les conséquences de cet incendie qui a eu lieu le mardi 10 avril.

« 75 pompiers de 6 municipalités qui ont combattu les flammes pendant 5 heures et demie. Une grosse fumée noire est apparue dans le ciel et de nombreuses personnes vivant à Beauharnois, mais aussi faisant partie des équipes d’intervention se demandent ce que contient encore l’épave. Ce n’était rien pour les rassurer. Transports Canada et la Garde côtière doivent mener une enquête et rendre publiques leurs conclusions » demande avec insistance Anne Quach.

La députée s’inquiète des conséquences sur les travaux, mais aussi sur la santé des secours arrivés sur les lieux et des travailleurs.

« À la réponse à ma question, le gouvernement fédéral tente de minimiser en parlant de petit incendie, d’assurer sans vérifier qu’il n’y avait aucune pollution subie par quiconque. C’est de la transparence que demande la population et non des lignes de communication.», explique la députée.

De nombreuses questions demeurent sachant que l’entreprise René St-Pierre a été condamnée une première fois par l’administration provinciale pour ne pas respecter les règles environnementales dans une carrière de la région de Québec. Cela a donné lieu à un recours collectif qui a été accepté à la Cour Supérieur.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Valleyfield se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Valleyfield collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.